Vous êtes ici


DURES RÉALITÉS ET NOUVELLES POSSIBILITÉS : LES MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ ROYALE DU CANADA SE PRONONCENT SUR L’IMPACT DE LA COVID-19 SUR LA SOCIÉTÉ CANADIENNE

Tracey L. Adams et Paul F. Tremblay | 5 Août 2020 

Télécharger l'article

La pandémie de la COVID-19 a transformé la vie que nous avions connue jusqu’au mois de mars 2020. Elle aurait aussi, selon les membres de la Société royale du Canada (SRC), ouvert la voie à de possibles changements sociaux. Le mandat de la SRC est de reconnaître l’excellence des réalisations scientifiques, artistiques et intellectuelles et de mettre à profit cette excellence pour « faire avancer sensiblement les connaissances, la compréhension et la réflexion en travaillant avec l’ensemble de la sociétéi». Pour recueillir l’avis collectif de ses membres, la SRC a réalisé trois sondages en ligne du mois d'avril au mois de juin 2020. Elle leur a demandé de répondre à l’énoncé suivant : « À mon avis, trois des problèmes sociétaux les plus urgents auxquels le Canada est confronté dans sa réponse à la COVID-19 et ses efforts de rétablissement sont... » Les résultats de ces sondages jettent de la lumière sur cette période charnière, qui a eu non seulement des effets directs sur les Canadiens et les Canadiennes, mais également des répercussions sur leur éducation, leur emploi et leurs soins de santé, et qui a généré des révélations sur les inégalités sociales systémiques et les soins de longue durée, entre autres choses.

Certains problèmes soulevés par les membres de la SRC étaient au premier rang des préoccupations de nombreux Canadiens au cours du printemps 2020 : la lutte contre la propagation du virus, l’impact de la pandémie sur notre économie, les inquiétudes au regard du bien-être des personnes âgées et de divers groupes marginalisés, les incidences de l’isolement social sur la santé mentale et la capacité de notre système de santé. En revanche, les membres de la SRC ont également perçu l’occasion que nous avons de bâtir un meilleur avenir au Canada – appelant à des changements qui contribueraient à apporter un peu plus d’équilibre, d’équité et de viabilité à notre société. Bien que l’impact de la pandémie soit dévastateur, les membres de la SRC ont exprimé l’espoir que la réponse des Canadiens et les Canadiennes soit porteuse de changements sociétaux tangibles.

Méthodes

L’Académie des sciences, l’Académie des arts, des lettres et des sciences humaines et l’Académie des sciences sociales de la Société royale du Canada comptent ensemble plus de 2 460 membres et son Collège de nouveaux chercheurs en compte 370. Tous ces membres ont été invités à trois différents moments à faire part de leurs points de vue sur les défis urgents qui se posent au Canada. Leurs réponses ont été recueillies par la SRC du 2 au 12 avril, du 25 avril au 5 mai et du 8 au 18 juin 2020. Une fois les doublons et les non-réponses éliminés, elle a compté 293, 252 et 302 réponses valables respectivement pour chacun des sondages, soit 847 en tout. Les participants avaient à citer au plus trois problèmes, mais certains en ont cité moins. Certains participants ont offert des réponses qui comprenaient deux idées distinctes et qui nécessitaient par conséquent deux codes différents. Bien qu’un large éventail de préoccupations et de défis ait été soulevé, plusieurs thèmes récurrents se sont dégagés, révélant un niveau de consensus appréciable entre ces chercheurs de diverses disciplines et de divers établissementsii

. Au cours d’une étape préliminaire de codage ouvert, les données des deux premiers sondages ont été utilisées pour générer un tableau de 17 catégories thématiques. Les données ont ensuite été recodées à l’aide de ce tableau, qui a subséquemment été utilisé pour coder le troisième sondage. Les réponses aux sondages ont été codées manuellement et de façon indépendante par les deux chercheurs et la correspondance entre leurs résultats était élevée, considérant que la plus importante différence entre les résultats individuels résultant de l’agrégation des trois sondages, était de 1,3 % pour deux des 17 catégories (les différences étant plus faibles pour les autres catégories).

L’analyse des données consistait à agréger les résultats des différentes catégories pour chaque sondage ainsin que les résultats totaux des trois sondages, à calculer le pourcentage de commentaires associé à chaque catégorie et à classer par ordre d’importance les dix premières catégories. La génération d’un tableau commun de catégories thématiques pour l’ensemble des trois sondages a permis de dégager les changements qui se sont produits au cours de la période de deux mois. Les résultats sont d’abord présentés sous forme agrégée, puis sous la forme d’une comparaison entre la fréquence des réponses recueillies à chacune des trois étapes du sondage.

Problèmes sociétaux urgents

Le tableau 1 énumère dans l’ordre les dix catégories thématiques les plus courantes pour l’ensemble des trois sondages. Les préoccupations les plus souvent citées concernaient l’impact inégal de la pandémie et les politiques proposées pour protéger les personnes vulnérables et pour contrer les inégalités exposées (ou exacerbées) par la pandémie. Plusieurs répondants ont plaidé pour une société plus équitable. Certains participants ont appelé à une plus grande équité en général, mais plusieurs ont réclamé qu’une attention soit portée à certains groupes en particulier : les personnes marginalisées sur le plan économique, les personnes autochtones et racialisées, les personnes âgées et les enfants. Les répondants ont également attiré l’attention sur l’accès inégal à la technologie informatique (p. ex., l'accès à Internet haute vitesse), sur les différences régionales ou sur la violence familiale. Le racisme contre les noirs a également été mentionné. Pour contrer et pallier ces inégalités, les répondants ont appelé à ce que des changements soient apportés aux politiques, l’instauration d’un revenu de base étant le changement le plus fréquemment mentionné.

Les répondants ont cité l’économie comme une considération sociétale urgente, soulevent en particulier l’impact de la récession et la nécessité de rétablir  l’économie. Plusieurs ont revendiqué l’instauration d’une économie plus équilibrée. Certains ont mentionné la nécessité de trouver un juste équilibre entre le rétablissement de l’économie et le maintien des mesures de santé publique destinées à ralentir la propagation du virus, alors que d’autres ont insisté pour que l’économie canadienne devienne plus durable sur le plan environnemental. Un nombre de plus en plus grand de répondants ont estimé que la croissance économique devait être contrebalancée par les considérations liées à la santé, à l’environnement et à l’équité. Par exemple, un répondant a relevé un « trilemme qui se pose entre l’économie, l’environnement et l’équité... comment optimiser la sécurité économique des Canadiens tout en tenant compte des considérations environnementales et d’équité ».

Sans surprise, plusieurs répondants ont souligné l’importance des considérations de santé. Des préoccupations ont été soulevées au regard de l’état de santé mentale des Canadiens, qui est menacé par la distanciation sociale, l’isolement, la maladie et la mortalité. Les préoccupations à propos du système de santé concernent les soins médicaux, la santé publique, l'accès, la viabilité et la capacité du système. De plus, pour de nombreux répondants, le défi sociétal le plus urgent à relever pour les Canadiens est de ralentir la propagation du virus par des mesures de distanciation sociale, le lavage des mains, la réalisation de tests, le traçage des contacts et d’autres moyens tels que l’utilisation d’équipements de protection individuelle (ÉPI).

Tableau 1 : Les 10 thèmes et catégories thématiques le plus fréquemment cités dans les trois sondages 

Rang

Catégories thématiques et principaux thèmes

%

1

L’équité, les inégalités et les politiques : il faut protéger les personnes vulnérables, aider les personnes marginalisées, augmenter l’équité, réduire au minimum les inégalités sociales, établir un filet social et mettre en œuvre des politiques comme l’instauration d’un revenu de base.

16,7

2

L’économie : le rétablissement économique, mais aussi des préoccupations concernant une récession. Des appels à équilibrer les préoccupations économiques avec les considérations liées à la santé et à l’environnement.

11,0

3

La santé : la planification des soins de santé, la capacité du système de santé, les préoccupations relatives à la santé mentale et physique et les questions de santé publique.

10,6

4

Limiter la propagation : des mesures doivent être prises pour limiter au minimum la propagation du virus, dont des mesures de distanciation sociale, l’utilisation de l’ÉPI, la réalisation de tests, le traçage des contacts, etc.

8,3

5

La science/la recherche: le soutien de la science, de nouvelles recherches (sciences et sciences sociales), la recherche sur le virus et sur un vaccin.

7,9

6

Les travailleurs, l’emploi, les petites entreprises : les préoccupations relatives au bien-être des travailleurs, au chômage, aux travailleurs essentiels, à la rémunération des travailleurs, au travail à distance, aux conflits travail-famille, les appels à un réexamen et à une revalorisation du travail.

6,7

7

Communication des faits scientifiques et mise en œuvre de politiques fondées sur les données probantes : les préoccupations au sujet des fausses informations, faire en sorte que les aspects scientifiques qui sous-tendent les politiques soient correctement communiqués et que les gens soient informés; les appels à des politiques fondées sur les données probantes; le respect des avis scientifiques.

5,1

8

L’environnement et les changements climatiques : les préoccupations liées à l’environnement, les appels à des changements politiques pour protéger l’environnement, la nécessité de tenir compte de l’environnement lors de l’élaboration des nouvelles politiques.

4,9

9

Crise gouvernementale, dette, politiques, vie privée : englobent les préoccupations au sujet d’une éventuelle crise gouvernementale, de la dette, des revenus fiscaux, mais aussi de la gouvernance, des politiques qui protègent les droits, la vie privée et la liberté, et des politiques en général.

4,7

10

L’état de préparation aux éventualités : la préparation en vue d’une seconde vague et/ou de futures pandémies, la planification de l’avenir, la résilience, le rétablissement.

4,1

 

Remarque : d’autres thèmes ont également été cités, mais moins fréquemment : les soins de longue durée (3,5 %), repenser la société / la nouvelle normalité (4,0), la cohésion sociale (3,0), l’éducation (3,3), l’autosuffisance de la production (2,9), les enjeux mondiaux (2,5) et le retour à l’état normal d’avant la pandémie (0,8).

Le cinquième groupe de thèmes le plus fréquemment évoqué est celui de la science et de la recherche. Les membres de la SRC ont revendiqué que davantage de recherches soient réalisées sur le virus et la pandémie – le(s) mécanisme(s) de transmission et les impacts – et en particulier des recherches sur un vaccin et des traitements efficaces. Les appels au financement et au soutien de la recherche scientifique étaient également manifestes.

Le sixième ensemble de thèmes le plus fréquemment souligné est celui des travailleurs, de l’emploi et du chômage, de la nature du travail et de la rémunération des travailleurs. Les répondants ont évoqué les épreuves subies par les chômeurs et les personnes sous-employées, ainsi que celles des propriétaires des petites entreprises dévastées par la pandémie. Ils ont réclamé un plus grand respect des travailleurs essentiels et ont exprimé des préoccupations au sujet de leur bien-être. D’autres ont demandé à ce que nous repensions comment nous récompensons et structurons le travail, plusieurs appelant à une plus grande reconnaissance des travailleurs essentiels, alors que d’autres se demandaient si le travail à distance pourrait, dans les années à venir, devenir une nouvelle norme pour de nombreux travailleurs. Les conflits travail-famille ont également été évoqués par certains répondants.

Ensuite, des répondants ont exprimé des préoccupations au sujet d’une certaine hostilité manifestée à l’égard des scientifiques et d’autres experts, ainsi que d’une réticence croissante chez les décideurs politiques et le public à suivre les conseils des experts. En réponse à cet état de fait, des répondants au sondage ont exhorté les dirigeants gouvernementaux à fonder leurs politiques sur des données probantes et ont souligné la nécessité de communiquer les données scientifiques d’une façon qui informe le public, accroît la confiance du public dans la science et contre les croyances « fondées sur des informations fausses ou incorrectes ».

Des répondants au sondage ont également mis en relief les questions liées à l’environnement, aux écosystèmes et aux changements climatiques. Sur l’ensemble des sondages, il s’agissant du huitième défi le plus fréquemment cité. Certains estimaient que la pandémie avait rendu les préoccupations relatives à l’environnement et aux répercussions des changements climatiques encore plus urgentes. D’autres étaient inquiets que le pays relègue au second plan les politiques environnementales pendant sa lutte contre la COVID-19. Pour eux, un des principaux défis consiste à « continuer de considérer les changements climatiques comme une menace sérieuse au bien-être des êtres humains ». D’autres encore ont fait valoir que nous avons en ce moment l’occasion de restructurer la société et d’encourager l’adoption de modes de vie plus durables et équilibrés.

Par ailleurs, plusieurs répondants ont soulevé des préoccupations en matière de gouvernance. Certains ont prédit une crise gouvernementale, qui serait entraînée, au moins en partie, par la lourde dette gouvernementale. Des répondants ont également lancé l’alerte concernant la menace que les efforts de lutte contre la pandémie posent au regard de la liberté, de la vie privée et des droits individuels. Pour eux, le défi consiste à « préserver les droits individuels et les garanties démocratiques, malgré la tentation pour les gouvernements de les transgresser en temps de crise ». Les considérations et les préoccupations politiques ont aussi été mentionnées.

La préparation à une seconde vague du virus et aux futures pandémies est le dixième défi le plus fréquemment cité.

D’autres thèmes qui ont reçu moins d’attention sont : les défis en matière d’éducation, les préoccupations relatives à la cohésion sociale, le maintien du soutien aux arts et aux autres activités culturelles, les défis qui se posent à la communauté mondiale et les relations du Canada avec les autres pays.

Les changements observés au fil du temps

Le tableau 2 compare les dix catégories thématiques les plus fréquemment citées lors des sondages du début d’avril, d’avril/mai et de juin. La continuité et le changement ont tous deux été observés. Les trois principales préoccupations – l’inégalité sociale, la santé et l’économie – sont restées les mêmes au cours des trois sondages, bien que leur rang ait légèrement changé, l’économie ayant pris le pas sur la santé dans les deux derniers sondages. D’autres thèmes fréquemment abordés lors des trois sondages sont « la science et la recherche » (5e, 4e et 6e rangs) et « limiter la propagation » (4e, 5e et 4e rangs). Les préoccupations liées au travail, aux travailleurs et aux petites entreprises ont également été fréquemment citées lors des trois sondages (6e, 7e et 5e rangs).

Malgré cette continuité, certains changements ont pu être observés entre les sondages, ce qui est indicatif d’une évolution des préoccupations sociales prioritaires. Par exemple, les préoccupations relatives à la chaîne d’approvisionnement et à la l’autosuffisance de la production étaient suffisamment importantes au début de la pandémie pour être au 8e rang des défis les plus souvent mentionnés dans le sondage d'avril. Au début du printemps, lorsque le Canada avait peine à obtenir suffisamment d’ÉPI et de ventilateurs et que l’approvisionnement alimentaire soulevait des préoccupations, plusieurs répondants ont soutenu que le Canada devait être plus autosuffisant et produire ses biens essentiels lui-même. Les répondants ont continué de soulever ces questions au cours des sondages subséquents, mais à une fréquence moindre (14e rang en avril/mai et 16e rang en juin).

Inversement, à la fin d’avril, les Canadiens ont pris connaissance du nombre de résidents et de préposés des établissements de soins de longue durée qui avaient été atteints par la COVID‑19. À la fin du mois de mai, les résidents des établissements de soins de longue durée représentaient quatre cinquièmes de toutes les personnes décédées de la COVID-19 au Canada

iii. Le rapport des militaires sur les soins de longue durée en Ontario présenté à la fin de mai a révélé une fois de plus les conditions horribles qui existaient dans ces établissements et leur impact fatal. Il n’est donc pas surprenant que davantage de membres de la SRC aient cité les soins fournis aux aînés comme un des défis les plus urgents qui se posent à la société canadienne dans les 2e et 3e sondages : la question des soins de longue durée s’est hissée au 9e rang lors du second sondage et au 7e rang lors du troisième.

Tableau 2 : Comparaison des dix principaux thèmes cités en avril, mai et juin.

Rang

Avril

Avril/mai

Juin

1

Inégalité/équité/politiques (14,1)

Inégalité/équité/politiques (16,4)

Inégalité/équité/politiques (19,3)

2

Santé (11,8)

Économie (10,8)

Économie (11,2)

3

Économie (11,1)

Santé (9,9)

Santé (10,0)

4

Limiter la propagation (9,1)

Science/recherche (8,1)

Limiter la propagation (7,8)

5

Science/recherche (8,6)

Limiter la propagation (7,8)

Travail/entreprises (7,5)

6

Travail/entreprises (6,9)

Environnement/changements climatiques (7,2)

Science/recherche (7,2)

7

Informer/communiquer la science (5,5)

Travail/entreprises (5,5)

Soins de longue durée (5,1)

8

Fabrication locale (5,3)

Communiquer la science (5,0)

Crise/dette gouvernementales (4,9)

9

Crise/dette gouvernementales (5,2)

Soins de longue durée (4,8)

Communiquer la science (4,7)

10

Cohésion sociale (4,3)

Repenser la société (4,7)

Éducation (4,6)

Remarque : Les pourcentages sont fournis entre parenthèses. Ces pourcentages sont basés sur la totalité des thèmes soulevés (y compris sur les thèmes ne figurant pas parmi les dix premiers).

                L’attention portée à l’environnement s’est accrue au cours du second sondage, atteignant le 6e rang. Cette plus grande attention pourrait avoir été suscitée par les reportages parus sur l’impact mitigé de la COVID-19 sur l’environnement. Alors que les mesures de distanciation physique et de quarantaine ont réduit la pollution atmosphérique et notre empreinte carbone, la pollution par le plastique semble avoir augmenté au cours des premiers mois de la pandémieiv. Les défis liés à l’environnement et aux changements climatiques ont été fréquemment cités lors des trois sondages : ce thème a occupé le 11e rang lors du premier et du troisième sondages. Des répondants ont exhorté les Canadiens à « tirer profit de l’occasion créée par cet événement pour veiller à ce que les mesures nécessaires soient mises en place pour adopter des politiques et des lois viables et responsables sur le plan environnemental » et pour « bâtir une économie durable qui ne serait pas fondée sur la destruction de l’environnement et sur l’extraction des ressources naturelles ».

                D’autres changements se sont produits entre les trois sondages, lesquels sont moins manifestes dans le tableau 2 parce qu’ils concernent des sous-thèmes compris dans ces catégories thématiques. Par exemple, les réponses au troisième sondage reflètent les préoccupations relatives au racisme contre les Noirs et les mouvements antiracisme suscités en partie par la mort de George Floyd à la fin de mai. Par exemple, un membre de la SRC a mentionné qu’il faudrait « mettre fin au lynchage public (meurtres et violences) des Autochtones, des Noirs et des autres personnes marginalisées par les forces de l’ordre ». D’autres ont mentionné les « barrières raciales et les inégalités révélées par la pandémie, en particulier celles que touchent les Afro-Canadiens et les Autochtones ». Certaines réponses aux deux premiers sondages indiquaient que les inégalités raciales constituaient un domaine de préoccupation, mais ce n'est qu’au cours du troisième sondage que le racisme contre les Noirs et les inégalités raciales se sont hissés au rang de sous-thème important.

De plus, les sous-thèmes de la catégorie thématique de « l’économie » ont changé. Lors du premier sondage du mois d’avril, l’économie n’était mentionnée que de façon générale et vague : « défis économiques », « détresse financière », « stabilité économique » et « redémarrage de l’économie ». En avril/mai, l’accent a été particulièrement mis sur le rétablissement de l’économie et sur la sortie du pays de la récession. En juin, le rétablissement économique et la détresse financière constituaient toujours une préoccupation, mais « l’économie équilibrée » est devenue un sous-thème important, puisqu’un tiers des participants qui avaient parlé de l’économie soutenaient que les considérations économiques devaient être contrebalancées par les considérations liées à l’équité, à la santé et à l’environnement.

L’évolution de ce sous-thème reflète une tendance plus large. Par exemple, même s’il ne s'agissait pas d’un des principaux thèmes, plusieurs répondants au premier sondage ont dit espérer un « retour à la normale ». Lors du deuxième et du troisième sondages, le nombre de répondants espérant une « nouvelle normalité » avait augmenté. Le 10e thème en avril/mai (et le 13e en juin) était « repenser la société ». Les répondants ne regardaient que rarement vers le passé et l’état des choses avant la pandémie, mais plaidaient plutôt pour des changements sociaux positifs. « Repenser la société » s’est hissé au rang de thème principal dans les trois sondages, mais il figurait aussi comme sous-thème d’autres catégories thématiques. Les commentaires classés sous la catégorie « équité et politiques » plaidaient pour que les politiques rendent la société canadienne plus équitable. De nombreux commentaires classés sous « travail et entreprises » mettaient les Canadiens au défi de repenser le marché de l’emploi et la rémunération des travailleurs. Les commentaires classés sous le thème « environnement » appelaient à un changement de nos pratiques de lutte contre les changements climatiques.

En ce sens, les principaux thèmes de l’ensemble des trois sondages pourraient bien être « repenser » nos pratiques et parvenir à un meilleur équilibre et à une plus grande équité. La pandémie de la COVID-19 a mis à nu plusieurs problèmes sociaux – en particulier en ce qui concerne l’équité, notre système de santé, l’économie, la production nationale, l’environnement, nos pratiques en milieu de travail et notre respect pour la recherche et la science, et même pour nos dirigeants. Des membres de la SRC ont fait valoir que nous avons maintenant la chance de saisir l’occasion d'apporter des changements tangibles qui amélioreront notre société. Et les membres de la SRC ne sont pas les seuls à penser ainsi. Plusieurs sondages récents confirment les préoccupations qui existent au sujet du racisme, de la santé mentale, des possibilités de travail et de formation, de la confiance, de la cohésion sociale et des inégalités socialesv

. De plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer des changements, pour lutter ontre le racisme à l’égard des Noirs et des Autochtones et contre d’autres obstacles à l’équité, pour explorer de nouvelles solutions politiques telles que le revenu de base et pour repenser comment nous structurons le travail et l’équilibre travail-vievi

. Ces sondages de la SRC, toutefois, mettent en lumière les liens qui existent entre toutes ces préoccupations; elles montrent que les soins de santé, l’économie, les inégalités, l’environnement et d'autres préoccupations sont interconnectés.        

En conclusion, bien que les membres de la Société royale du Canada aient relevé plusieurs problèmes distincts auxquels le Canada a dû faire face au cours du printemps de la COVID-19, la plupart d’entre eux n’ont pas seulement vu la crise sanitaire et la menace au statu quo soulevées par la pandémie, mais également l’occasion qui se présente de bâtir une société meilleure – une société qui serait plus équitable, équilibrée, viable, saine et sécuritaire. Les décideurs politiques doivent comprendre que la pandémie nous offre une occasion d’innover et de rebâtir notre société pour la rendre plus durable. Les membres de la SRC ont relevé plusieurs domaines dans lesquels des améliorations souhaitables pourraient être apportées aux politiques. 




i Société royale du Canada. https://rsc-src.ca/fr/à-propos

ii Le codage initial des données de la Période 1 a été effectué par William Turkel, Janice Graham et Terra Manca (voir Graham, J.E. et Manca, T. (2020). Retour vers une nouvelle normalité : les membres de la Société royale définissent les principaux défis sociétaux engendrés par la COVID-19, Société royale du Canada [https://rsc-src.ca/sites/default/files/Publication%204%20-%20FR%20-%20Return%20to%20a%20New%20Normal_1.pdf]). Nous avons décidé de recoder les données et de trouver un ensemble de codes qui permettraient de cerner le mieux possible les principaux enjeux soulevés et de dégager les tendances qui se dessineraient au fil du temps. Le codage a été confirmé à l’aide du logiciel N-Vivo (nous remercions Drew Tetley pour son aide à la recherche). Nous avons commencé par un codage ouvert pour les données des deux premiers sondages. Des thèmes et des sous-thèmes ont été dégagés, puis regroupés en catégories thématiques globales.

iii Szklarskim C. 2020. La proportion de décès dus à la COVID-19 chez les personnes en milieux de soins de longue durée est deux fois plus élevée que dans d’autres pays, selon l’étude. CBC News, le 25 juin. https://www.cbc.ca/news/health/coronavirus-canada-long-term-care-deaths-study-1.5626751?cmp=rss

iv Golden, B. 2020. How COVID-19 is good for news for the environment. York.Region.com. https://www.yorkregion.com/opinion-story/9959589-how-covid-19-is-good-news-for-the-environment/

vi Statistique Canada. 2020. StatCan et la COVID-19 : Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleur https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/45-28-0001/2020001/article/00047-fra.htm; Li, W. 2020. New report shows why a basic income makes sense during COVID-19 recovery. The Star, le 29 juin. https://www.thestar.com/news/canada/2020/06/29/new-report-shows-why-a-basic-income-makes-sense-during-covid-19-recovery.html; Doward, J. 2020 Only 13% of UK working parents want to go back to ‘the old normal’. The Guardian, le dimanche 28 juin, https://www.theguardian.com/world/2020/jun/28/only-13-of-uk-working-parents-want-to-go-back-to-the-old-normal

Thumbnail: