Vous êtes ici

Établi par le président de la Société royale du Canada en avril 2020, le Groupe de travail de la Société royale du Canada sur la COVID-19 s’est vu confier le mandat de dégager des perspectives éclairées par la recherche sur les grands enjeux sociétaux qui se posent au Canada relativement à sa réponse à la COVID-19 et à sa démarche subséquente de rétablissement.

Le Groupe de travail a établi un ensemble de sous-groupes de travail chargés de préparer rapidement des notes de breffage destinées à éclairer par des données probantes les réflexions des décideurs politiques.

Le rapport au complet
Sommaire exécutif
Format accessible

Vue d’ensemble du rapport Le temps d’être pris en compte : la COVID-19 et les déficiences intellectuelles et développementales 

La pandémie de COVID-19 a eu des incidences sur la vie et le bien-être de l’ensemble de la population dans le monde et des conséquences ont été observées dans tous les domaines, depuis la santé physique et mentale jusqu’aux résultats en matière d’éducation et d’emploi, en passant par l’accès à plusieurs formes de soutien et aux services communautaires. Cependant, les incidences disproportionnées de la pandémie de COVID 19 et des restrictions de santé publique associées sur les personnes ayant une déficience intellectuelle et développementale (DID) ont été largement négligées. Non seulement les personnes ayant une DID courent-elles un risque plus élevé que les autres de subir des complications graves si elles sont atteintes par le virus, ou même d’en décéder comme l’ont montré certaines études à grande échelle, mais les mesures de santé publique liées à la COVID-19 peuvent également entraîner des effets importants à court et à long terme sur leur santé mentale et leur bien-être.

Les membres du groupe de travail

Jennifer Baumbusch, professeure agrégée, School of Nursing, University of British Columbia; titulaire de la chaire des Instituts de recherche en santé du Canada en science du sexe et du genre

Chantal Camden, professeure agrégée, École de réadaptation, Université de Sherbrooke; chercheuse au CRCHUS et à l’IUPLSSS 

Barbara Fallon, professeure, Factor-Inwentash Faculty of Social Work, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en protection de l’enfance, Université de Toronto

Yona Lunsky, directrice, Azrieli Adult Neurodevelopmental Centre, Centre for Addiction and Mental Health; professeur de psychiatrie, University of Toronto 

Annette Majnemer, (Co-présidente), professeure, École de physiothérapie et d’ergothérapie, vice-doyenne à l’éducation, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université McGill; scientifique principale, Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill 

Patrick McGrath, MSRC, (Co-président), professeur émérite de psychiatrie, Dalhousie University; scientifique, IWK Health Centre 

Steven P. Miller, chef du service de neurologie, Hospital for Sick Children; professeur, pédiatrie, University of Toronto 

Genevieve Sansone, associée de recherche, Fraser Mustard Policy Bench, University of Toronto

Tim Stainton, professeur, School of Social Work; directeur, Canadian Institute for Inclusion and Citizenship, University of British Columbia 

John Sumarah, professeur émérite de psychologie de l’orientation, Acadia University 

Donna Thomson, parent, auteure et défenseure des droits. 

Jennifer Zwicker, directrice des politiques de santé, School of Public Policy, professeure adjointe, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en kinésiologie, University of Calgary.

Pour des informations supplémentaires, contactez Erika Kujawski à ekujawski@rsc-src.ca.  
 

Social Media Image: