Vous êtes ici

Julia M. Wright, MSRC
Conseil de la SRC | Présidente de l'académie des arts, des lettres et des sciences humaines
sidebar_info
Année d'intronisation: 
2017
Mandat: 
2019-2022

BIOGRAPHIE

Julia M. Wright, MSRC, est professeure d'anglais et professeure de recherche universitaire à la Dalhousie University. Ses recherches portent sur le romantisme irlandais, mais s'étendent aussi au romantisme britannique et aux études sur la culture populaire.

Une grande partie de ses recherches interroge les notions émergentes de nation, d'État-nation et de relations internationales. Elle a été titulaire d'une Chaire de recherche du Canada de niveau 2 en études européennes à la Dalhousie University (2005-12) et en études anglaises et culturelles à la Wilfrid Laurier University (2002-05). 

Elle est l'auteure de quatre monographies : Blake, Nationalism, and the Politics of Alienation (Ohio UP, 2004) ; Ireland, India, and Nationalism in Nineteenth-Century Literature (Cambridge UP, 2007) ; Representing the National Landscape in Irish Romanticism (Syracuse UP, 2014) ; et Men with Stakes : Masculinity and the Gothic in US Television (Manchester UP, 2016). Elle a édité ou coédité onze autres livres et quatre numéros spéciaux de revues scientifiques, y compris, à titre de seule rédactrice en chef, le Companion to Irish Literature (Wiley-Blackwell, 2010), Irish Literature, 1750-1900 : An Anthology (Wiley-Blackwell, 2008) et deux éditions Broadview de romans romantiques. Elle a écrit une quarantaine d'articles de revues scientifiques et de chapitres de livres ; son plus récent article, sur la boxe et la satire politique, a été publié dans Studies in Romanticism. 

Un des fils conducteurs de ses recherches est la représentation culturelle des océans, en particulier en ce qui concerne les préoccupations transnationales comme, par exemple, au cours des discussions sur la position transatlantique de l'Irlande. Elle a coédité, avec Kevin Hutchings (UNBC), la série Ashgate in Nineteenth-Century Transatlantic Studies (2005-15) et, en 2014, elle a cofondé, avec Danine Farquharson (Memorial), le réseau SSHORE (Social Sciences and Humanities)