Vous êtes ici

Projets
 

Liberté et responsabilité universitaire

Len Findlay, University of Saskatchewan (Chair/Président); Pierre Anctil, Université d'Ottawa; Dean Eurich, University of Alberta; Rhoda Howard-Hassmann, Wilfrid Laurier University; Robert Leckey, Université McGill; Audrey Moores, Université McGill; Jill Vickers, Carleton University

Les questions fondamentales concernant le rôle de l'université dans la société contemporaine se cristallisent autour de la définition de la liberté universitaire. Alors que cette notion est sans doute la gardienne d’un espace sûr de critique ou de dissidence du contrôle de l'État ou des entreprises, l'université dépend de plus en plus de ces deux secteurs pour les ressources dont elle a besoin pour fonctionner, pour produire des citoyens économiquement productifs et pour permettre la mobilité sociale dans une société stratifiée, l’imbriquant ainsi dans les intérêts mêmes qu'elle est censée être libre de critiquer.

Lire la charge au comité
 

 

Infoveillance : Données, confidentialité, égalité et surveillance

Rapport sur l'Infoveillance - septembre 2020

David Lyon, Benoît Dupont, Anatoliy Gruzd, et Jane Bailey, en collaboration avec Stephen Wyatt et Monica Heller

Les visions utopiques et dystopiques des technologies numériques font débat depuis longtemps. Cette publication aborde un aspect spécifique des conséquences parfois perverses ou inattendues de l’entrée de ces technologies dans notre vie quotidienne : ce que nous appelons l’infoveillance - l’intégration des technologies de l’information et de la surveillance.

 

 
Mandat : Comité sur l’intervention publique

Monica Heller

Membres

Président : Stephen Wyatt, Université de Moncton
Membre : Françoise Baylis, Dalhousie University
Membre : Benjamin Berger, Université York
Membre : Myra Hird, Queen’s University
Membre : Rashid Sumaila: The University of British Columbia
Membre : Christl Verduyn, Mount Allison University
Membre: VACANT

Le comité sur l’intervention publique sera composé de : au moins cinq membres des académies et/ou du Collège (dont un sera nommé président) et du/de la secrétaire aux affaires internationales. Le président sera nommé par le président de la SRC sur recommandation du Conseil. Les mandats sont normalement d'une durée de trois ans, et au moins un membre changera chaque année. Les membres du comité sur l’intervention publique devraient représenter toute la diversité de la société.

En outre, un comité consultatif, composé de membres et d’académiques pourrait se réunir pour fournir des conseils et une expertise au comité sur l’intervention publique.

Objectifs

Le comité sur l’intervention publique (CIP), en collaboration avec le comité des affaires internationales le cas échéant, a pour mandat :

1.    Objectifs proactifs

a)    Chaque année, le CIP remettra son avis au président et au Conseil sur des thèmes clés pour la mobilisation des connaissances de la SRC. Les thèmes peuvent être soumis au CIP par des membres du CIP, par le Conseil, par des membres de la SRC ou par la conseillère scientifique en chef du Canada. Ils portent sur des questions d’intérêt général pour la société canadienne, pour lesquelles les membres de la SRC peuvent apporter leur expertise, et sur lesquelles la SRC souhaite fournir des informations et éventuellement exprimer un avis (par ex.  sur le changement climatique, la vérité et la réconciliation, les priorités éducatives dans un monde en mutation, la montée du populisme et du néonationalisme, les disparités croissantes de richesse ou la violence raciste et sexiste). Les thèmes seront proposés au président et au conseil dans un délai suffisamment long pour qu’ils soient étudiés.

b)    Les thèmes sont approuvés pour un an. L’assemblée annuelle clôturera le(s) thème(s) de l’année précédente et lancera le(s) nouveau(x) thème(s).

c)    Lorsque les thèmes sont approuvés par le président et le conseil, le CIP collaborera avec le personnel pour élaborer une stratégie opérationnelle et de communication permettant d’énoncer et de diffuser des messages clés. Ceux-ci pourront inclure, entre autres, des communiqués de presse, des articles, des événements publics, des conférences, des ateliers, des rubriques de sites Web, des groupes d'experts, des vidéos, des événements Facebook live et des publications. Dans certains cas, les interventions pourront se baser sur et compléter les évaluations et les sujets d’évaluation du Conseil des académies canadiennes.

d)    Le CIP collaborera avec le Conseil, les académies, le Collège et le personnel pour identifier des membres ayant l’expertise pertinente sur un thème particulier et solliciter leur participation dans le cadre d’une ou plusieurs stratégies définies.


2.    Objectifs réactifs

a)    Le CIP conseillera le président à propos d’événements ou d’affaires qui pourraient constituer ou constituent un obstacle à la liberté d'expression académique ou à la capacité d’institutions académiques ou d'académiques à produire et à transmettre librement des connaissances au Canada ou ailleurs.
b)    Le CIP conseillera le président à propos d’événements ou d’affaires qui pourraient constituer ou constituent un obstacle à l’expression ou à la transmission de connaissances aux chercheurs travaillant dans le secteur public.
 

Mise à jour : janvier 2022