Fatigue, santé à long terme et sécurité routière chez les conducteurs de véhicules commerciaux : besoins de recherches

Alistair MacLeanFatigue, santé à long terme et sécurité routière chez les conducteurs de véhicules commerciaux : besoins de recherchesLa Société royale du Canada est heureuse de diffuser auprès de ses membres un nouveau rapport d’un groupe d'experts produit par les Académies nationales des sciences (États-Unis). Le rapport intégral est disponible en ligne.

La Professeur Alistair MacLean a gracieusement fourni une perspective canadienne sur ce rapport et nous explique tout l’intérêt qu’il représente pour le Canada et les Canadiens. Le Prof. MacLean est professeur de psychologie à la Queen’s University. De 1986 à 2000, il a également occupé la fonction de scientifique salarié à l'Hôpital de Toronto (Western Division). Outre ses travaux cliniques sur des patients atteints de troubles du sommeil, le Prof. MacLean a également mené des recherches sur un certain nombre d'aspects du sommeil. Ses recherches récentes portent sur la somnolence et la performance, en particulier la performance au volant. Il est membre de la Société canadienne de psychologie et ancien président de la Société canadienne du sommeil.

Fatigue, santé à long terme et sécurité routière chez les conducteurs de véhicules commerciaux : besoins de recherches - Une perspective canadienne

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en l'absence de mesures efficaces, les accidents de la route deviendront la cinquième cause principale de décès au monde, et l'Assemblée générale des Nations unies a déclaré la période 2011-2020 « Décennie d'action pour la Sécurité routière ». Ce rapport de la National Academies of Sciences, Engineering and Medicine tombe à pic, non seulement en ce qui concerne la douleur et le traumatisme émotionnel dus aux accidents de la route, mais aussi de par son intérêt spécifique pour le Canada.

Les conducteurs de véhicules commerciaux apportent une contribution notable à l'économie. La relation commerciale combinée entre le Canada, les États-Unis et le Mexique s'élève à 1,4 mille milliards de dollars chaque année, ce qui fait du transport par camion un pilier majeur du commerce. Parallèlement, la mobilité des personnes est facilitée par les réseaux d'autobus. Les conséquences économiques des accidents sont estimées à 1 à 3 % du produit national brut. En 2008, le Canada a été classé au 10e rang en ce qui concerne les décès par milliard de véhicules-kilomètres comparativement à douze autres pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques. Dans un rapport de 2015 de l'OMS, en comparaison avec les mêmes pays, le Canada est classé au 12e rang. En réponse aux préoccupations sur la sécurité des conducteurs de véhicules commerciaux, Transports Canada, l'US Federal Motor Vehicle Carrier Safety Association et d'autres associations et organismes ont élaboré le Programme nord-américain de gestion de la fatigue. Il s'agit d'un programme basé sur Internet qui fournit des informations et des contre-mesures visant à réduire les effets de la fatigue des conducteurs. De même, devant les préoccupations que suscite l'impact des problèmes de santé sur la conduite, en 2014, la Société canadienne de thoracologie et la Société canadienne du sommeil ont publié un énoncé de position intitulé « L'apnée obstructive du sommeil et la conduite automobile ».

Ces dernières années, l'accumulation de preuves scientifiques a permis de mieux comprendre la relation entre le sommeil, la rythmicité circadienne, le fonctionnement du cerveau et la performance. Un temps de sommeil suffisant et le placement optimal de la performance dans le cycle circadien sont essentiels pour prévenir la fatigue, prouvée comme dangereuse pour la sécurité. Trop de temps passés sur une tâche, des pauses inadaptées, un temps de sommeil réduit et un repos limité réduisent la vivacité et la vigilance, diminuent le temps de réaction et la vitesse de traitement cognitif, et amenuisent la mémoire de travail, la conscience de la situation et le contrôle des impulsions. Cela contribue à augmenter les erreurs par omission (incapacité à réagir à temps) et par action (réaction prématurée ou inadaptée), lesquelles compromettent la sécurité de la conduite. Nombre de personnes préfèrent réduire leur temps de sommeil en faveur de leur temps de travail, de déplacement et de loisir. Un sommeil inadapté peut également être dû à l'absence de traitement de certaines affections comme l'insomnie et l'apnée du sommeil. Outre ses effets sur la performance, la réduction chronique du temps de sommeil, notamment s'il est inférieur à 6 heures par jour, est étroitement liée à des problèmes à long terme sur la santé, dont l'obésité, l'hypertension, le diabète et les maladies cardiovasculaires.

De nombreuses données, la plupart portant sur les véhicules particuliers, établissent le lien entre la modification du comportement du conducteur et l'augmentation de la fatigue. Ces données proviennent de recherches, d'études effectuées à l'aide de simulateurs et d'observations de terrain Lorsque les conducteurs sont fatigués, leur changement de comportement se manifeste par une plus grande variabilité de la vitesse et de leur position sur la voie, une augmentation du nombre d'événements hors route et un temps de réaction diminué. L'ampleur de ces effets est comparable à celle produite par l'intoxication alcoolique. Environ 60 % des conducteurs disent avoir déjà conduit en état de somnolence, tandis que près de 18 % confient s'être endormis au volant. Les accidents dus à la fatigue ont plus tendance à survenir la nuit ou en milieu d'après-midi (moments de somnolence accrue dans le cycle circadien). Généralement, ces accidents n'impliquent qu'un seul véhicule qui sort de la route ou des collisions par l'arrière ou frontales, et sont plus graves que les accidents non liés au sommeil. Les estimations du nombre d'accidents dus au sommeil ou à la fatigue varient énormément. On considère généralement que les statistiques officielles sous-estiment sensiblement la réalité, et il est largement admis que la proportion d'accidents dus à la somnolence ou à la fatigue est d'environ 20 %. Les statistiques officielles s'appuient en grande partie sur les rapports de police, et il s'avère plus compliqué de déterminer si un accident est dû à la fatigue ou à la somnolence que de déterminer s'il est causé par l'alcool. Les conducteurs prennent de nombreuses mesures pour stopper la somnolence, et, quoi qu'ils en disent, la plupart sont inefficaces. Caféine, siestes et courtes pauses peuvent s'avérer temporairement efficaces, mais rien ne peut remplacer une bonne nuit de sommeil.

Malgré la littérature abondante sur les accidents de la route, les données relatives aux véhicules commerciaux sont rares. Il existe de bonnes raisons de croire que les conducteurs de véhicules commerciaux sont confrontés à des sources de stress différentes de celles rencontrées par les conducteurs de voitures particulières, notamment des horaires irréguliers et des pressions économiques spécifiques liées à la conduite commerciale. Par conséquent, les conducteurs de véhicules commerciaux sont susceptibles d'adopter des modes de vie qui favorisent le manque de sommeil et les problèmes de santé. L'apnée obstructive du sommeil est très répandue chez les conducteurs de véhicules commerciaux. Elle contribue sensiblement à la fatigue et augmente le risque d'accident. Le groupe chargé de ce rapport a été convoqué « pour évaluer l'état des connaissances sur le lien entre plusieurs facteurs (heures de conduite, heures de service et périodes de repos, par exemple) et la fatigue ressentie par les conducteurs de camions et d'autobus, ainsi que les conséquences sur la bonne maîtrise de leurs véhicules. 

Le groupe évaluera également le lien entre ces facteurs et la santé des conducteurs à long terme. Il identifiera les nouvelles méthodes de recherche et de collecte de données susceptibles de nous aider à mieux comprendre ces deux domaines. »

Le rapport du groupe contient une analyse de fond des environnements automobiles, professionnels et réglementaires, des sources de données, des méthodes et principes de recherche, des conséquences de la fatigue, de la santé et du bien-être et des solutions à la fatigue. Concernant la fatigue, les heures de services et la sécurité routière, le groupe souligne que la question la plus importante est de savoir quels facteurs déterminent le lien de cause à effet entre fatigue, lacunes de performance et accidents et comment les accidents peuvent être évités. Tout en reconnaissant que les heures de service sont un facteur important, le groupe suggère qu'il est essentiel d'examiner la question de manière plus globale, à la lumière des changements rapides qui affectent les conducteurs, notamment : l'utilisation accrue de la technologie pour détecter la fatigue; l'amélioration de la conception des camions et autobus; l'amélioration de l'environnement de conduite; les améliorations possibles des habitudes de santé des conducteurs; et l'amélioration des politiques de planification des horaires. Cela nécessite des recherches continues afin d'améliorer notre compréhension de la sécurité des véhicules commerciaux. En matière de santé et de bien-être, on sait déjà que l'apnée obstructive du sommeil augmente le risque d'accident. Toutefois, de nombreuses preuves confirment la conclusion selon laquelle les personnes qui manquent de sommeil sont plus enclines à souffrir d'affections chroniques comme les maladies cardiovasculaires, le diabète, la dépression ou l'obésité. Bien entendu, il s'agit d'un lien bidirectionnel, puisque les problèmes de santé peuvent aussi avoir un effet sur la fatigue. Dans tous les cas, le risque d'accident est amplifié. D'autres recherches sont nécessaires pour établir un lien entre ces facteurs et le risque d'accident, ainsi que pour déterminer l'efficacité de contre-mesures spécifiques et des programmes de gestion de la fatigue, de la santé et du bien-être pour améliorer la santé et réduire le risque d'accident.

Le groupe émet au total 13 recommandations pour les futures recherches sur la fatigue et la sécurité routière, et sur la santé et le bien-être des conducteurs de véhicules commerciaux. Les principales recommandations en matière de fatigue sont les suivantes : nécessité de recherches plus approfondies et d'une collecte régulière de données; importance et obligation de mettre les données issues de bases de données actuelles et futures et d'enregistreurs de bord électroniques à la disposition des chercheurs, tout en incluant des garanties de confidentialité appropriées; et d'encourager le développement et l'expérimentation de nouvelles technologies. En ce qui concerne la santé et le bien-être, les recommandations portent notamment sur la nécessité analyser de manière continue de l'état de santé des conducteurs et des facteurs connexes, de fournir des informations et d'encourager des examens médicaux des conducteurs de véhicules commerciaux fondés sur les meilleures pratiques, et de mener des recherches sur l'apnée obstructive du sommeil et les conducteurs de véhicules commerciaux, ainsi que sur la gestion de la fatigue du conducteur.